Bridge & Burn x Kiriko: Portland au Japon

Retour sur l’ingénieuse collab nippo-américaine Bridge & Burn x Kiriko, entre héritage traditionnel japonais et vestiaire outdoor made in US.

Portland ne cesse d’étonner par sa créativité florissante, son artisanat vivant et son art de vivre. Et cette première collaboration entre les deux labels les plus substantiellement réjouissants de tout l’Oregon ne vient pas nous contredire. La capsule de 14 pièces nippos-américaines signée Bridge & Burn x Kiriko est une petit bijou sartorial de maîtrise esthétique et d’héritage textile. Ingénieux autant qu’engineered.

Bridge & Burn x Kiriko, nippo-américain

Cette incroyable collaboration est le fruit de l’imagination, de l’intelligence et de la recherche de la Head Designer de Bridge & Burn, Liesel Sylwester. Un travail de conception unique qui a fait le pari de fusionner l’art de vivre outdoor nord-ouest Pacifique avec l’héritage traditionnel japonais des matières et des techniques textiles.

« Nous voulions vraiment mettre en valeur les tissus traditionnels et le style de Portland, mais d’une manière qui fait sens pour notre façon de vivre, dans une esthétique fonctionnelle et polyvalente. »

Sylwester a conçu les pièces de cette capsule dans l’esprit du vestiaire nippo-américain type, en termes de style et d’artisanat. En œuvrant dans la plus pure tradition du minimalisme japonais, avec un énorme travail sur les détails, les motifs et les textures des tissus – ainsi que dans une logique de façonnage de facture outdoor et workwear made in US. Bridge & Burn x Kiriko emprunte à la fois aux constructions robustes des vêtements de travail américains et aux finitions diligentes emblématiques de l’esprit shokunin japonais.

Au Japon, le shokunin kishitsu (職人気質) ou esprit shokunin designe l’art d’exercer son savoir-faire avec soin et au maximum de sa capacité. Pour en savoir plus sur cette profession de foi de l’artisan japonais, retrouvez notre colonne consacrée au label Loop & Weft et ses techniques de confection traditionnelles.

3 temps forts de la capsule Bridge & Burn x Kiriko

Quand on pense en même temps tradition sartoriale japonaise et label américain basé à Portland, on pense forcément : art du détail, mélange des genres et accessoirisation. Retour sur ces 3 temps forts de la collab Bridge & Burn x Kiriko imaginés par Sylwester.

Bridge & Burn x Kiriko

L’art du détail: des empiècements en coton Mikawa

Certains garments de la collection, comme les chemises Yama et Yari, intègrent des empiècements en coton supérieur Mikawa, issu d’une des rares productions locales de coton au Japon. Mikawa est une province située à l’est de la préfecture d’Aichi, une des plus importantes dans le marché cotonnier de la région industrielle de Chûkio, à la fois réputée pour sa production de coton rayé et de tissu de coton blanc.

C’est sur les côtés de Mikawa pendant la période de Heian (794 – 1185) que fit naufrage un navire indien transportant des graines de coton, à l’origine de la naissance de la culture cotonnière au Japon. À partir de l’ère Meiji (1868 et 1912), la province de Mikawa est devenue la région la plus productive pour la fabrication de textiles, notamment grâce à l’intégration rapide dans ses filatures et des machines à tisser importées d’Europe et d’Amérique du Nord.

Aujourd’hui encore, la ville d’Okazaki est très réputée pour la qualité de son coton. Elle a aussi été pionnière dans l’adoption de processus de recyclage des fibres et du coton biologique, dont elle a fait sa spécialité face à la concurrence des importations à moindre coût qui a drastiquement réduit le nombre d’entreprises textiles au Japon.

Le mélange des genres: broderies sashiko et outdoor américain

Autre caractéristique qui domine la capsule, c’est l’usage des points de couture sashiko. Ils illustrent très bien la volonté de Sylwester de joindre le design à l’utile, puisque cette technique de tissage ancestrale japonaise sert autant de motifs décoratifs que de points de renfort.

La veste Tengu figure parmi les pièces plus remarquablement nippo-américaines de la collab Bridge & Burn x Kiriko, avec un magnifique motif sashiko carré, traditionnel des vestes de pêcheurs dans le nord du Japon. Cette shell imperméable mi-cuisse réussit le tour de force d’allier des allures de vêtement traditionnel japonais avec des éléments typiques de la culture américaine comme les manches raglans, les poignets côtelés et la poche sur le bras qui rappelle l’univers des bombers et des vestes d’aviation.

Le résultat est une pièce forte ET fonctionnelle aussi bien adaptée pour une randonnée à Haystack Rock dans l’Oregon, que pour un voyage initiatique dans les montagnes et forêts des divinités tengu au Japon.

L’accessoirisation : du patchwork façon boro

La ligne Hitotsu de la collab consiste en une forme d’accessoirisation, de twist du vestiaire classique de Bridge & Burn. Façon nippo-américaine oblige, Sylwester a choisi de convoquer l’art boro traditionnel pour ornementaliser et individualiser certains basiques, avec des superpositions de patchs issus de chutes de tissus japonais baptisés Mottainai par Kiriko — littéralement ne rien gaspiller, en référence à la logique de récupération à l’origine de l’art boro du patchwork.

L’art boro est pratiqué au moins depuis 1600 au Japon, et à l’origine destiné à un usage ouvrier ou domestique. Nous en parlons en détails dans notre article consacré au label KAPITAL キャピタル et ses techniques textiles traditionnelles.

Retrouvez toutes les pièces de la collab et les lookbooks sur le site de Bridge & Burn et Kiriko.

Enregistrer

1 Comment

  1. Pingback: Fripes et surplus vintage : de Jinji à Concrete Matter – 「 A B H R A S 」

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *