Le fatigue pant Sweetwater de Gamine, enfin du military-work pour le womenswear

Le fatigue pant Sweetwater de Gamine, enfin du military workwear pour le womenswear

Le label workwear Gamine signe une réédition militaire en collab avec Dickies 1922 : le fatigue pant Sweetwater, honnêtement conçu pour le womenswear.

Le label workwear Gamine s’associe à Dickies 1922 pour sortir une réédition des khakis militaires des femmes pilotes WASP. Un fatigue pant authentique, sans aucun compromis et enfin accessible au womenswear.

Un hommage aux femmes pilotes WASP, formées à Sweetwater

Le Sweetwater tient son nom des Women Airforce Service Pilots (WASP), l’organisation para-militaire pionnière de femmes pilotes civiles, employées par la United States Army Air Forces, pendant la Seconde Guerre mondiale.

L’idée de former un escadron civil féminin avait germé dès 1941 dans la tête des pilotes Jacqueline Cochran et Nancy Harkness Love. Le but est alors de prêter mains forte au service de l’armée de l’air américaine, et ainsi de libérer pour le combat leurs homologues masculins. Après un premier refus du chef d’état-major de l’Armée de l’air, c’est l’attaque de Pearl Harbor qui rend évident la pénurie de pilotes masculins et aboutit à la création de deux escadrons de femmes pilotes pour l’aide au transport aérien : le Women’s Flying Training Detachment (WFTD) et le Women’s Auxiliary Ferrying Squadron (WAFS).

Un an plus tard, en 1943, les deux unités fusionnent pour constituer le WASP. Le centre d’entraînement s’établit à l’aéroport de Sweetwater, au Texas. Les WASP sont engagées dans des missions stratégiques et logistiques, dites de non-combat. À l’issue du  programme, 916 femmes deviennent ainsi pilotes au service pour l’AAF. Elles sont alors affectées aux centres de formation, au transport aérien, aux forces aériennes continentales des États-Unis, à l’escadre météorologique, aux commandes techniques ou au Troop Carrier Command.

Pour la petite et la grande histoire : ce n’est qu’en 1977 que Jimmy Carter leur accorde un statut militaire complet pour services rendus.

Le fatigue pant Sweetwater Gamine x Dickies 1922 : un classique military enfin en womenswear

Près de Sweetwater, au Texas, se situe aussi le siège de Dickies 1922. Un label historique du workwear traditionnel américain, reconnu pour la qualité de ses répliques de pièces iconiques du vestiaire de travail du siècle dernier. La collab était une évidence pour Gamine, avec le concours d’Ann Richardson, l’archiviste principale de Dickies.

Rien n’a été laissé au hasard pour cette collab archéologique qui réunit à merveille le cahier des charges des deux labels. La commande de Gamine auprès de Dickies 1922 était simple : reproduire, sans compromis sur la matière, le fit et les détails, un garment military workwear à destination du womenswear.

La matière : un authentique twill Cramerton

Au nom d’une fabrication honnête et appropriée de vêtements de travail féminins, le fatigue pant Sweetwater a été conçu comme une authentique réédition de tradition militaire. Avec un twill robuste Cramerton dit « twill of record », typique des khakis de l’armée américaine lors de la Seconde Guerre mondiale : un textile emblématique originellement fabriqué par la Cramerton Army Cloth.

Le fit : un fatigue pant très confortable

Sur le Sweetwater, on retrouve l’indispensable et très workwear coupe loose tapered, confortable aux cuisses et avec une jambe légèrement conique. À la taille, une patte de serrage boutonnée permet un port plus ou moins taille haute. Comme tout fatigue pant qui se respecte, le rise est généreux pour un port pratique et confortable. Et enfin, la longueur plutôt courte est disponible en 26 ou 28, pour un bon tombé sur des boots ou pour porter roulotté à mi-mollet.

Les détails : un design au service de la fonction

Le fatigue pant Sweetwater ne lésine pas sur les essentiels workwear avec ses deux grandes poches latérales, et les deux larges poches arrières à rabat. Idéal pour porter des outils. Mais le détail le plus engineered, c’est le genou renforcé avec une ouverture pour se débarrasser d’éventuels débris au jardin comme à l’atelier.

L’honestly crafted, l’ADN de Gamine Workwear

Du workwear honnête pour les femmes. Derrière ce statement, un vrai et trop rare programme du vêtement comme on l’aime sur Abhras. Sans frontières de genre, intemporel, slow, fonctionnel. Depuis sa création au printemps 2014, Gamine Workwear crée des produits qui soutiennent la production durable et l’art perdu du raccommodage. Les textiles sont sélectionnés pour l’histoire qu’ils racontent, leur robustesse et leur capacité à se rendre utiles dans le temps.

Pour assurer leur longévité, leur solidité et leur confort, chaque vêtement est testé en version bêta par des professionnelles du jardinage, des géologues, des agricultrices. Résultat : des pièces conçues pour le vrai travail, éprouvées et mises à l’épreuve. Et en premier chef par sa fondatrice : Taylor Johnston, directrice des jardins et des serres du musée Isabella Stewart Gardener à Boston, Massachusetts.

L’objectif de notre collection est de rappeler aux gens qu’il est important d’avoir la fierté du travail que l’on fait, et que tout ce qui mérite d’être fait mérite d’être bien fait.

Un message d’empowerment, terriblement essentiel dans une perspective allwear et womenswear de qualité. Gamine respire la passion du hard work – d’ailleurs un peu dans un esprit shokunin. Le business model respecte le principe, avec une production à taille humaine, en petite quantité, avec le moins de déchets possibles, et uniquement à certaines périodes de l’année.

Gamine workwear, c’est aussi :

  • des dungarees réalisées sur des vieilles machines à coudre par des ancienNEs travailleurEUSEs des usines Levi ;
  • des denims selvedge produits par la fameuse White Oak Cone denim mill, et toujours sur les authentiques métiers à tisser American Draper x3 des années 40 ;
  • des smocks increvables en coton épais soigneusement sourcé dans le Missouri.

À la recherche d’autres pièces workwear en womenswear ? Faites un tour du côté des labels japonais comme Garment Reproduction of Workers et Old Joe & Co , ou tentez votre chance parmi les fripes et surplus vintage !

1 Comment

  1. Pingback: Leno & Co. (リノ), workwear et répliques pour le womenswear

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *