Leno & Co. (リノ), workwear et répliques pour le womenswear

Leno & Co. (リノ), workwear et répliques pour le womenswear

Pas facile de trouver du pur workwear et de la réplique militaire en womenswear. Le jeune label japonais Leno & Co. ne s’en laisse pas compter.

Leno & Co. (リノ) fait partie de ces labels japonais aussi rares et confidentiels qu’essentiels. Basée à Tokyo, cette toute jeune maison est spécialisée dans le good standing et le workwear inspiré des vêtements de travail euro-américains des années 1930-1950. Une offre inégalée de garments engineered, de répliques et de pièces vintage. Inégalée car conçue et commercialisée uniquement à destination du womenswear.

Leno & Co. (リノ) , regardless of generations

Crée en 2015 par Ayumi Ando, dans un petit appartement à Harajuku, en plein coeur du quartier de Shibuya à Tokyo, un centre majeur pour la création sartoriale, Leno & Co. est né d’un constat : le manque cruel au Japon d’articles bruts d’esprit purement vintage et gentlefarmer adaptés aux tailles et aux statures des femmes. L’idée derrière le développement du label est un désir d’accessibilisation, d’adaptation et d’empowerment, avec une collection d’intemporels allwear dont on apprécie tout de suite l’authenticité et l’honestly crafted.

La ligne est sans compromis, sans modifications ni sophistications : on conserve à la perfection la tenue, les détails, les matières et la confection des mises traditionnelles dont profitent couramment ses équivalents menswear. On pourrait même dire que Leno & Co., c’est un peu l’OrSlow féminin dans l’esprit, la ligne sartoriale et le travail des coupes et des matières. On retrouve le même vestiaire pensé pour l’usage quotidien, le confort et la fonction avec du jean brut (et même du fade black !), des denim jackets, des fatigue pants, de la popeline et du sateen cotton.

Côté sizing, on est sur un pur modèle japonais de 3 à 4 tailles en fonction des pièces. Une échelle qui fonctionne bien, notamment pour les plus petites morphologies que ne couvrent pas toujours les mensurations du menswear. En fonction du style et du confort recherchés, on peut aussi facilement upsizer sans perdre en qualité de fit et de coupe.

Trois pièces iconiques du vestiaire Leno & Co.

La 2nd type jacket en one washed

C’est au cours des années 1900-1960 que Levi’s a développé ses trois modèles de denim jackets, devenus depuis iconiques :

  1. la type I avec sa poche poitrine et sa patte de serrage dans le bas du dos
  2. la type II avec ses deux poches poitrine et ses deux pattes à boutons latérales
  3. la type III, ou trucker, avec son fit plus slim et ses deux poches poitrine à rabat pointu

Dans la gamme denim de Leno & Co., on retrouve les types I et II. Ici, la remake 2nd type est en coton selvedge 13.5oz, one washed. À l’instar des premiers modèles de chez Levi’s, réalisés à partir d’un denim de chez Cone Mills, la toile est non-sanforisée, ce qui veut dire qu’elle n’a pas subi de traitement préalable contre le rétrécissement. Résultat ? Une toile de caractère à la texture irrégulière à la fois brut et souple, légèrement duveteuse ou fluffy. Pour les japonaisEs, c’est un impératif pour ne pas nuire à l’élasticité du coton et respecter l’esprit original de ce type de pièce.

Dans cet esprit de tradition, Leno & Co. travaille ses denims sur un métier shuttle loom, et ses coutures en point de chaînette sur une Union Special, qui évite de créer des tensions inutiles. Un détail distinctif : les fils utilisés pour les coutures ne sont pas entourés de polyester, mais sont en 100 % coton. Des fils plus fragiles, mais ici de plus grande épaisseur et avec la garantie d’une patine qui tire vers des tons ocres et orangés. Enfin, les boutons sont en laiton.

Le Loose Tapered Jeans FADE BLACK

Rarissime, le fade black ne se trouve que chez quelques labels spécialisés, dont Orslow. Ce type de délavage sur le noir permet d’obtenir des nuances très précises, un effet bleach qui joue sur la lumière avec des teintes plus ou moins clairs, et plus ou moins foncées.

Cette édition limitée de Leno & Co. est un modèle extrêmement abouti avec une toile superbe, les coutures en point de chainette et le liseré rouge. Un détail remarquable : les rivets cachés au niveau de la poche arrière en lieu et place du bartack développé au cours des années 60.

La Tielocken Raincoat

La Tielocken est un modèle historique de raincoat créé et breveté en 1912 par Burberry sur une commande du Ministère de la Défense pour les nouveaux uniformes des officiers de l’armée britannique. La maison de Haymarket Street à Londres a intégré dix ans plus tôt l’usage de la gabardine de coton comme matière imperméable en alternative au caoutchouc. C’est dans ce même coton d’armure serrée qu’elle imagine le modèle Tielocken, considéré aujourd’hui comme l’ancêtre du trench coat, avec une sangle et une boucle au lieu de boutons et boutonnières.

C’est au début de la Seconde Guerre Mondiale qu’une deuxième version du modèle Tielocken adopte une ceinture à anneaux, des courroies aux épaulettes, ainsi qu’un large rabat sur le devant destiné à protéger le cœur. Le manteau des tranchées ou trench coat était né, équipé pour transporter le matériel militaire de base : grenades, cartes et flasques au niveau de la ceinture ; sacoche, jumelles et masque à gaz aux épaulettes.

La réplique du Tielocken imaginée par Leno & Co. révèle un travail avancé sur la coupe, en trapèze avec les épaules très ajustées et un tombé très évasé déjà à partir de la poitrine. La position haute de la martingale permet de restructurer le buste. Les deux grandes fatigue pockets sont là pour rappeler l’origine militaire de la pièce.

Ayumi Ando a choisi comme matière, à la fois respirante et hydrophobe, le coton ventile – aujourd’hui très apprécié aussi par des labels comme Cabourn, S.E.H Kelly, Kinoko ou Snow Peak. Aussi appelé toile d’Oxford, ce coton technique de manufacture anglaise est un coton longues fibres tissé très serré, une construction qui le rend quasi imperméable, mais aussi souple et très coupe-vent. Créé dans les années 30 pour pallier le manque de lin, le ventile s’est imposé dans l’univers militaire et techwear pour la confection de vêtements à usage extrême (pilotes, expéditions polaires, toiles de tente) et est aujourd’hui encore utilisé pour les uniformes de l’armée britannique.

Ce ne sont là que trois pièces parmi d’autres de très grande qualité ! La collection de Leno & Co. est une pure sélection : limitée, de caractère et surtout très poussée dans le détail et l’authentique.

Où trouver du Leno & Co. ?

Oubliez l’Europe qui ne s’intéresse guère au womenswear japonais ! L’e-shop officiel propose une option en vente directe si on les contacte par e-mail. Sinon, chez les détaillants japonais spécialisés comme Promenade, Matin, Mode-Man, Post Office ou certains revendeurs Rakuten.

Vous cherchez d’autres labels workwear ou military avec des items en womenswear ? Rendez-vous aussi sur nos colonnes consacrées à Gamine, Old Joe & Co ou Yaeca.

Enregistrer

Enregistrer

2 Comments

  1. Pingback: Resolute denim : rencontre avec Monsieur Hayashi – 「 A B H R A S 」

  2. Pingback: Le Relax Denim de FOB Factory, un concept unique de sweat denim

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *