Workers K&T H : l’art japonais de l’archivisme et de la réplique vintage

Workers K&T H : l’art japonais de l’archivisme et de la réplique vintage

Archiviste, détaillant vintage et créateur de répliques workwear et militaires : oui, le label japonais Workers K&T H est tout ça à la fois.

Fondamentalement, il est impossible d’améliorer la perfection. Cette devise pourrait être celle du label Workers K&T H : une maison japonaise créé en 2004 à Okayama par Takashi Tateno qui reproduit les standards du passé avec authenticité, qualité et exactitude. Comme son nom ne l’indique pas forcément, Workers s’intéresse autant aux pièces militaires, sportwear ou outdoor qu’à l’univers workwear. Son obsession pour les classiques US en fait un maître dans l’art de la réplique vintage, mais aussi une incroyable banque de données et d’images sur l’histoire manufacturière de l’Americana des années 20 aux années 60.

Workers K&T H, l’archiviste

Plutôt discret sur la scène des puristes japonais, Workers se démarque pourtant par sa prise de parole, le partage de ses sources d’inspiration et sa volonté de transmettre le goût et l’art du vêtement américain traditionnel. On apprécie notamment sa collection de vieux catalogues Montgomery Ward des années 20 aux années 50.

Fondée à Chicago en 1872, la chaîne américaine de grands magasins fut la première enseigne de vente par correspondance au monde. Dans les pages workwear du catalogue, on trouve principalement des work jackets, des overalls et des pantalons de travail encore nommés en 1922 “pantalons style salopettes”. Mais aussi des work shirts en heavy chambray, en Hickory ou en tissu imprimé Wabash de chez Stifel & Sons, précurseur dans la production de calicos en coton teints à l’indigo.

Surtout connu pour ses imprimés lignés, à pois ou à motifs floraux, le calico est un textile tissé plus fin et plus lisse que le canevas ou le denim, mais tout aussi résistant et surtout bon marché car fabriqué à partir de coton non blanchi et souvent peu ou non traité.

Workers K&T H collecte également bon nombre d’informations sur les différentes marques de chemises de travail aujourd’hui disparues comme Homesteader, Pioneer, Topcraft ou Power House et construites de manière robuste avec des triples coutures ou triple stitch.

Le triple stitch désigne une triple couture, dont la fonction principale est de renforcer la solidité du vêtement, mais aussi son étanchéité aux endroits critiques. Introduite dès les années 40 dans le workwear traditionnel, elle a notamment fait les beaux jours des work shirts Hercules originales.

Dans les archives et les petits papiers de Workers, on retrouve évidemment aussi les grands fabricants américains de vêtements de travail comme Lee, Crown, BIGYANK, Payday, Filson ou encore Carhartt.

Workers K&T H, le détaillant vintage

La rubrique est baptisée « Pick & Choose » sur le site de Workers K&T H, et c’est une vraie mine d’or pour qui aime chiner des pièces vintage de caractère. Rare et unique parmi les collectibles, un authentique tool bag en canevas de l’ancienne compagnie de téléphone Bell System. Improbable et inédit parmi les garments, un coupe-vent Surfer taillé au Japon. Chaque pièce est minutieusement sélectionnée et répertoriée avec un numéro de référence et d’identification.

Côté vintage militaire, Workers est également bien fourni avec une impressionnante collection de kakis, de pantalons de l’USN, de smocks, de parkas et de flight jackets dont une remarquable M-1941. Les spécialistes apprécieront les fiches d’authenticité détaillée.

Enfin, la sélection outdoor fait la part belle aux pièces historiques de chez L.L. Bean, Filson ou encore American Field et Sierra Design avec des fishing vests, des mountain parkas, des cruiser et hunting jackets.

Workers K&T H, le créateur de répliques

Last but not least : la collection de répliques vintage. Et là, Workers K&T H cristallise l’essence même de cet art japonais inégalé avec des matières de première qualité : du supima, du reversed sateen, du chambray 8 oz, du corduroy, mais aussi des matières techniques comme du ventile. On trouve évidemment un lot de pantalons en denim d’exception, notamment du black washed, non sanforisés et inspirés des coupes américaines traditionnelles comme la slim tapered.

Si Workers maîtrise très bien la réplique fil à fil, on trouve aussi des pièces revisitées ou mixées, à l’instar de la jacket baptisée N-1V qui combine les détails et le style de la deck jacket classique N-1 et des Varsity traditionnelles. Aux deck N-1, elle emprunte la gorge légèrement décentrée à boutons et déjà les slanted pockets passepoilées ; à la Varsity, les bord-côtes au col, aux poignets et à la taille, ainsi que la construction bi-matière avec les manches en cuir de vachette.

Workers K&T H n’hésite pas non plus à introduire des détails et des finitions particulières, comme pour sa version revisitée de la jungle jacket qui combine des éléments des différents patrons portés par les soldats américains au Vietnam. Du premier modèle 1st pattern de 1964, elle a les poches à rabat avec les boutons exposés et les manches à poignet réglable. Et comme à partir de la 3rd, elle n’a pas de shoulders straps, de gas flap ni de pattes latérales de reserrage.

Pour les différences, sa coupe courte à la taille type « fatigue jacket ». Elle n’est ni en popeline (1 first) ni en rip-stop (3rd), mais en reversed ou back sateen plus brillant, plus lisse et ici plus chaud (10 oz) ; et elle a une gorge avec les boutons apparents. Mais surtout, Workers ajoute du volume aux poches avec un tissu de soutien supplémentaire et contrastant qui augmente l’épaisseur du soufflet. Autre particularité, les poches ont été ouvertes sur le côté en type “warmer” ou “chauffe-main”.

Pour aller plus loin dans l’univers de Workers K&T H, rendez-vous sur le site officiel ! Malheureusement uniquement en japonais, mais tellement riche et détaillé : c’est un média à part entière régulièrement mis à jour. Pépites assurées.

Côté shopping, on peut remplir un bon de commande pour certaines pièces en stock, sinon direction les e-shops japonais spécialisés comme Uncle John, Pheb International ou encore Mr Oldman. En Europe, on trouve quelques pièces chez Alpha Shadows et chez Sage.

Vous appréciez l’univers vintage et les répliques de qualité, exactes ou inspirées ? Partez aussi à la découverte de nos autres labels japonais fétiches, comme Orslow, Resolute Denim, Leno & Co ou l’incontournable The Real McCoy’s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *